• Alliance France Tourisme

Proposition de l'Alliance France Tourisme pour "Renforcer l'attractivité de la filière touristique"



Paris, le 15 septembre 2022 - Dans un rapport de 50 pages rendu public et remis ce jour à Olivia Grégoire, Ministre chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, les entreprises de l'Alliance France Tourisme formulent des propositions d’urgence et de fond pour résoudre durablement la crise des ressources humaines qui frappe la filière touristique.



EMPLOIS PERDUS DANS LE SECTEUR DU TOURISME - UN PHENOMENE D’AMPLEUR MONDIAL QUI NE DOIT PAS MASQUER LES FRAGILITÉS FRANÇAISES


L’Alliance France Tourisme a mené des recherches auprès des concurrents internationaux de la France et enquêté auprès de ses entreprises adhérentes et de l’ensemble des professionnels du secteur, afin d’établir le diagnostic des faiblesses en matière d’emploi et de formation dans le tourisme et ainsi formuler des solutions concrètes dans une démarche qu’elle souhaite de collaboration renforcée avec les pouvoirs publics. L’étude a mis en exergue que le phénomène de pénurie de main d’oeuvre dans le tourisme est mondial et non spécifiquement français, l’OMT évoquant notamment le chiffre de 100 millions d’emplois perdus dans le secteur. Pour y faire face, tous les gouvernements des États


concernés ont pris des mesures d’urgence pour remédier au problème (assouplissements des conditions d’octroi de visas de travail pour les étrangers, exonération des pourboires, augmentations salariales, multiplication des primes à l’embauche...).


En France, malgré un nouvel été record en termes de fréquentation touristique, la crise des ressources humaines qui frappe le tourisme continue de préoccuper la filière, en raison de son ampleur en emplois non pourvus et de son caractère transversal à tous les métiers du tourisme. En effet, ce phénomène profond, qui s’est accentué avec la crise sanitaire, représente un risque conséquent pour la qualité du service, la compétitivité de la filière et par la même, l’attractivité de la Destination France.


L’APPEL A DES MESURES STRUCTURANTES POUR FACILITER L’EMPLOI DANS LE TOURISME : DIVERSIFICATION DE LA CIBLE COLLABORATEURS, REDUCTION DES CHARGES, CONTRAT DE TRAVAIL…


Si le Plan Destination France du 21 novembre 2021 constitue le premier acte d’une prise de conscience forte de l’urgence à agir, l’Alliance France Tourisme appelle de ses voeux des mesures plus structurantes en matière d’emploi et de formation, afin de consolider les effets escomptés de la campagne de valorisation des métiers lancée cette semaine.


Par-delà la généralisation de pratiques d'échanges, d'apprentissage et de partages d'expériences sur tout le territoire, afin de faire évoluer les mentalités françaises vis à vis du secteur et transmettre la culture du tourisme à l'ensemble de nos concitoyens, l'Alliance préconise de diversifier davantage les cibles de collaborateurs, notamment à l'instar d'autres pays touristiques de premier plan (Espagne, Portugal, Etats-Unis, Canada, etc. ...) en procédant au développement facilité de l’emploi des séniors et des demandeurs d’emplois hors secteur et au recours à l'immigration et ce, afin de mieux répondre aux pics de pénurie.


En contrepartie des mesures importantes de revalorisation salariale, notamment dans le secteur HCR, l'Alliance invite le Gouvernement à poursuivre les efforts déjà engagés à travers la loi du 16 août 2022 visant notamment à réduire les charges des entreprises, et propose de renforcer l'accompagnement des professionnels du secteur dans la relance de leur attractivité, en particulier auprès des jeunes générations, par des mesures fortes en matière de RSE et de Qualité de Vie au Travail, tout en cultivant auprès d'eux l'envie d'entreprendre, et pourvu, par ailleurs, que le régime de transmission et de reprise des entreprises soit réformé.



Pour répondre aux enjeux de la saisonnalité, les membres de l'Alliance encouragent le Gouvernement à approfondir et pérenniser les initiatives prises cet été pour faciliter le logement des saisonniers, et face aux difficultés d’adaptation du droit français au modèle de la saisonnalité et du tourisme en général, à lancer une mission de réflexion visant à répondre à la complexité des modèles de contrats existants, à mieux prendre en compte les activités professionnelles discontinues, tout en s'adaptant aux aspirations nouvelles dans le monde du travail (par exemple, développement d’activités mixtes indépendant / salarié).


CREATION D’UN POLE D’EXCELLENCE TRANS-SECTORIEL, MEILLEURE INTEGRATION DES ENTREPRISES, ADAPTATION DES CONTENUS, SIMPLIFICATION DES DISPOSITIFS…

DES PROPOSITIONS VISANT A FAIRE EVOLUER LE SYSTEME DE FORMATION EN PROFONDEUR


En complément des mesures pour faciliter l’emploi dans le tourisme, l'attractivité du secteur ne pourra être durablement garantie que par une refonte de l'offre de formation dans une logique inter-métiers, inter-filières, correspondant aux transformations observées dans la société et au sein de l'économie touristique, et en cohérence avec les besoins des entreprises et des destinations.


Les entreprises de l'Alliance plaident pour une véritable politique d'excellence en matière de formation qui doit passer notamment par la mise en place, sur le modèle suisse, d'un pôle éducatif d'excellence trans-sectoriel, afin d'attirer les talents du monde entier et exporter un savoir-faire en termes de formation.


Une réforme des conditions d'enseignement et des contenus pédagogiques est également indispensable, notamment en développant des formations trans-filières relatives aux métiers de services, en optimisant l’apprentissage des langues, en multipliant les modules de formation centrés sur l’innovation et l’entreprenariat, en mettant en avant les soft-skills et en travaillant à la transition numérique des formations, élément devenu incontournable.


Afin que les formations répondent aux besoins du secteur, il est également impératif d'engager un processus d'intégration des entreprises dans les conseils d'administrations des établissements d'enseignement supérieur et des centres de formation, et de pousser encore davantage le développement réussi par les entreprises et filières des centres de formations et formations diplômantes permises par la loi de 2018.


La voie de l'apprentissage, en progression constante, doit continuer d'être encouragée non seulement par la pérennisation des dispositifs d'aide à l’embauche mais également par une simplification du cadre juridique de la formation en alternance.


Enfin, l'Alliance invite à repenser les mobilités professionnelles dans une logique inter-métiers, inter-filières, en valorisant et simplifiant le dispositif de validation des acquis de l’expérience afin d’encourager le développement de compétences hybrides mêlant pratique professionnelle et acquis théoriques et en adaptant la formation continue aux besoins des professionnels, par une simplification des dispositifs d’accompagnement existants (CPF, Pôle emploi, opérateurs de compétences, etc.) et par une modernisation des contenus (SPOC, plan de formations thématiques, formations au savoir-être, etc.).


Télécharger les propositions de l'Alliance France Tourisme